jeudi 7 juillet 2011

Qui veut gagner des millions ? Avec Benetton

Grand jeu de l'été : trouvez les 5 différences entre le logo de gauche et le logo de droite. Hélas, ce n'est pas une blague, Pentagram est à l'origine de ce redesign parfaitement inutile. Certes, le nouveau logo est plus harmonieux mais ne répond à aucun besoin client, stratégique ou fonctionnel. Même en admettant que l'ancien ait de petits défauts, il constituait l'identité de la marque de mode et d'habillement. Les anciens combats idéologiques de Benetton laissait perplexe, le rebranding de toute une marque, des enseignes, des étiquettes pour un changement invisible à l'œil nu d'un consommateur est un investissement superflu à l'encontre du bon sens.



















12 commentaires:

  1. oui, enfin, une identité graphique ne s'arrête pas au logo ;)

    RépondreSupprimer
  2. Avant, un graphiste avait écrit la typo dans un rectangle vert, maintenant il y a un vrai travail de réglage typographique. C'est mieux (pour un graphiste...).
    Ensuite l'identité à été déclinée sur différents supports.
    C'est léger, mais pas inintéressant...

    RépondreSupprimer
  3. Ils ont clairement fait un gros boulot sur la charte...

    Pour le logo ça sent le client casse **** qui veut un truc nouveau, au top, tendance etc.. Mais qui après 6 mois se rend compte que finalement il ne veut pas changer.

    RépondreSupprimer
  4. Ceçi dit, je trouve le logo Benetton très classe, c'est une référence des logos "typo only" sobres.

    RépondreSupprimer
  5. Oui aux réglage typographiques, mais vendre cela à 200 000 euros, c'est quand même du foutage de gueule pour surtout plaire aux graphistes, suis pas sure que ce soit un besoin marketing... et je n'aime pas trop l'image que cela donne du métier

    RépondreSupprimer
  6. Le diable est dans les détails.....

    RépondreSupprimer
  7. @ Audrey : Ce n'est pas du foutage de gueule si ils ont relifté le logo (même très peu) + toute une charte. Et si tu travailles dans le métier tu sauras surement que la création c'est une chose, les droits en sont une autre.

    RépondreSupprimer
  8. @anonyme : il faudrait qu'on resdescende sur terre. Je ne dis pas qu'ils n'y ont pas passé du temps mais c'est de la branlette d'initiés, un débat opaque pour le public. 200 000 euros pour le lifting, cela ne comprend pas les déclinaisons et tout le boulot de mise en place dans les enseignes des 120 pays. Que va penser la vendeuse smicarde en région dont on ne peut pas augmenter le salaire quand on va lui changer son enseigne, tous les sacs etc etc.. et encore elle a le smic, que vont penser les autres collaborateurs dans le monde entier du coût d'un tel déploiement... eh bien moi, je pense qu'ils vont se dire "qu'on se fout d'eux et que Benetton a pété les plombs"

    RépondreSupprimer
  9. Tout ça pour ça ? Ils s'embêtent chez Pentagram?

    RépondreSupprimer
  10. @Audrey : Je comprends, c'est malheureusement la loi des budgets... celui des petites mains n'est jamais celui dont on se soucie...

    RépondreSupprimer
  11. Oui c'est plus harmonieux avec la révision de la typo. Mais carrément d'accord avec Audrey sur la branlette d’initiés. Et dire que beaucoup se prennent pour des artistes dans ces agences ...

    RépondreSupprimer
  12. Essayons d'y voir clair :
    1- quel est le brief exact de Benetton ?
    2- la recommandation de Pentagram est-elle proche du résultat final ?
    3- était-ce une compétition ou bien une consultatioN de Benneton auprès d'une seule agence ?

    En prenant l'hypothèse d'une consultation directe, et que la réponse de Pentagram soit celle qui est présentée ici alors, à mon sens, il y a un problème d'éthique de la part de l'agence.
    En effet, si cette approche "creative" est de leur fait et non de celui du client (et de volonté farouche de changer sans rien changer), je pense que Pentagram frite avec l'escroquerie... Intellectuelle ! Dieu sait que j'ai de l'admiration pour leur travail mais là, j'e ne peux que m'interroger sur leurs motivations.
    Dans leur grande connaissance et maitrise de l'identité visuelle, ils ne pouvaient se fourvoyer dans ce genre de réponse graphique fort discutable. Et oser vendre une charte, reprenant bon nombre de codes existants de la marque... C'est enfoncer le clou... Dans le foutage de gueule (désolé pour cette vulgarité).

    Il ne faudrait pas que ça devienne une habitude chez Pentagram....

    RépondreSupprimer