mardi 15 novembre 2011

L'Université de Poitiers se dote d'un blason


Dans le cadre de sa politique de modernisation l'Université de Poitiers annonçait il y'a quelques semaines le lancement d'une nouvelle stratégie de communication. L’Université de Poitiers vient de fêter ses 580 ans et a donc décidé de le faire savoir en introduisant son histoire dans son logo.
Entre le 17 octobre et le 6 novembre 2011 l'Université de Poitiers lançait une compétition entre plusieurs logos. Près de 9300 votants se sont exprimés. Le choix a majoritairement été orchestré en interne (étudiants et personnels confondus).

La signification du logo est la suivante : "On retrouve le blason historique de l'Université ajouté aux autres symboles forts de l'école à savoir le lion, la fleur de lys et le livre de sapience. C'est une manière pour nous de renouer avec nos racines."

L'évolution du logo est assez importante. Les quatre blocs couleurs rouge, orange et bleu sont supprimés. "Université" apparaît désormais en bas de casses mais le tout garde ses empattements. L'apparition de la date "1431" apporte un certain prestige à l'Université. L'identité visuelle vit maintenant en rouge "groseille" ainsi qu'en sépia (brun clair). Et comme expliqué plus haut, les trois symboles de l'Université crées désormais le symbole général de l'identité visuelle.


Ci-dessous les autres choix possibles ainsi que les résultats de la compétition. Et vous, vous auriez choisi lequel ?




Consulter l'actu logos dans l'éducation

5 commentaires:

  1. Bon ils ont choisi le mieux... mais c'est pas encore ça !!

    RépondreSupprimer
  2. C'est tout de même du déjà vu non ? Bien l'idée de mettre la date, quand on est si vieux on peut en être fière. Ça apporte qqc c'est vrai. Mais j'ai tout de même l'impression d'avoir vu ce logo 10 fois auparavant et dans tous les domaines confondus.
    Martial

    RépondreSupprimer
  3. Prestige, codes de l'enseignement supérieur, affirmation d'une identité et d'un caractère, c'est le jour et la nuit, bravo

    RépondreSupprimer
  4. il y a quand meme 19 % de personnes aux gouts douteux.
    JG

    RépondreSupprimer