lundi 19 mars 2012

Le Conseil culturel de Bretagne modifie son image


La région Bretagne fait encore parler d'elle. Après la création de la marque Bretagne il y'a plus d'un an et de la marque de territoire "Tout commence en Finistère" c'est au Conseil culturel de Bretagne de faire du bruit. Le 10 mars 2012 la nouvelle identité visuelle était dévoilée.
Le Conseil culturel de Bretagne ou CCB a été créé par la Charte Culturelle Bretonne signée en 1978 entre la République française et l'Etablissement public régional de Bretagne et les conseils généraux des Côtes d'Armor, du Finistère, d'Ile et Vilaine, de Loire-Atlantique et du Morbihan. Il oeuvre pour la reconnaissance de la diversité culturelle bretonne et plus largement pour la diversité culturelle.
Le communiqué de presse explique que l'identité du Conseil culturel de Bretagne évoque plusieurs éléments : "comme le Gwen ha du, drapeau breton signé de Morvan Marchal en 1923 qui intègre neuf bandes, un cerf-volant omniprésent en Bretagne ou encore une sceau, symbole de savoir. "
Les "ingrédients" utilisés sont "l'hermine en mouvement, identique à celle du Conseil Régional qui reprend la forme du territoire, le cercle qui symbolise l'univers, l'origine, le tout et l'unité. Et enfin les trois intitulés, respectivement en breton, français et gallo qui viennent prolonger le mouvement de l'hermine."
La typographie utilisée est la Spoka, elle fut dessinée en 2003 par Xavier Dupré. Le noir et le magenta composent le logotype. Le symbole vit à gauche du nom de marque. Dans l'ancienne identité visuelle la version bretonne prenait plus de place, désormais les trois traduction sont à égalité. Le symbole de la terre bretonne est supprimé. La signature s'efface également. Globalement le logo est simplifié. 





Consulter l'actu logos dans le tourisme

1 commentaire:

  1. …Surtout l'identité visuelle de cette belle région est désormais en phase avec son temps… fini les logos au fusain ou la craie grasse… Exit le bleu "institutionnel-chiant" qui a régit les identités des régions pendant trop longtemps. On pourrait presque croire qu'il fait beau en Bretagne ;-) (et c'est un breton qui parle).
    La seule critique serait sur le travail de déclinaisons qui manque de l'aspérité nécessaire pour rendre le tout moins "mécanique". La Bretagne est une terre de Culture, de contrastes mais cela ne se ressent pas dans ces applications une peu "gentilles"

    RépondreSupprimer